Nichée dans un quartier modeste d’Addis-Abeba, en Éthiopie, Meseret Teklewolde se réveille chaque jour au lever du soleil dans son studio, aux côtés de ses jumeaux de 5 ans, sur le même matelas simple. Elle se dépêche de préparer le petit-déjeuner, de donner le bain et d’habiller ses enfants, le tout avec une béquille sous chaque bras. 

Teklewolde, mère célibataire et handicapée, accompagne ses enfants à l’école tous les matins. Elle se dirige ensuite vers l’usine Hager Tibebe, où elle est chargée de repasser et de plier des vêtements prêts à porter depuis cinq ans. 
Lorsque le Covid 19 a frappé, au début de l’année 2020, son unique source de revenus a été instantanément mise en péril. L’effondrement des ventes de vêtements et la difficulté consécutive des usines à conserver leurs employés ont suscité une crainte immédiate :
« L’usine allait faire faillite. Je ne pourrais plus nourrir mes enfants et payer mon loyer », explique Teklewolde. « Nous vivions dans l’angoisse ».

Teklewolde est l’un des 157 ouvriers de l’usine de vêtements Hager Tibebe, où 80 % sont des femmes et près de 70 % du personnel est handicapé. L’usine a été initialement conçue et soutenue par le gouvernement éthiopien pour favoriser et embaucher des personnes handicapées. L’entreprise a ensuite été privatisée, et les propriétaires ont poursuivi la tendance à aider les travailleurs défavorisés. 
« La plupart d’entre nous sont des mères célibataires. Nous couvrons le coût de l’éducation de nos enfants et le coût du loyer de la maison », explique-t-elle.

Sans aide extérieure, les lieux de travail comme celui de Teklewode avaient peu d’espoir de conserver leur personnel. À partir de 2020 et 2021, l’Organisation internationale du travail (OIT) a mis en œuvre un programme de soutien au revenu – financé par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) – dans sept pays : Laos, Indonésie, Cambodge, Bangladesh, Madagascar, Vietnam et Éthiopie.
En assurant la continuité de l’activité, le programme visait à réduire l’impact économique sévère de la pandémie sur les moyens de subsistance des travailleurs de l’habillement et du textile. L’objectif était d’offrir une aide au revenu permettant de conserver les emplois et d’aider les travailleurs de l’habillement et du textile touchés par le COVID-19 à répondre à leurs besoins. 

Le dialogue social avec les gouvernements et les syndicats locaux est devenu primordial dans la conception et la mise en œuvre du programme, conformément aux normes de sécurité sociale de l’OIT – qui serviraient de base au développement futur des systèmes nationaux de protection sociale. 
« L’OIT a pu utiliser ses normes internationales de sécurité sociale pour élaborer les solutions d’urgence. » Valerie Schmitt, directrice adjointe au département de la protection sociale de l’OIT, déclare. 

En avril 2021, l’OIT et le ministère du Travail et des Affaires sociales (MOLSA), avec le soutien du BMZ, ont lancé un programme de maintien temporaire de l’emploi visant à réduire la vulnérabilité des travailleurs et des entreprises du secteur du textile et de l’habillement aux impacts socio-économiques directs et indirects du COVID-19. Les entreprises éligibles se sont inscrites au programme en utilisant un portail web. Le programme a couvert 14 366 travailleurs de 46 usines domestiques en couvrant 5 mois de salaire des travailleurs d’août à décembre 2021.
Les usines bénéficiaires devaient s’engager à conserver les travailleurs pendant la durée du programme et pendant les cinq mois suivants. Les travailleurs recevaient directement leur salaire net, tandis que leurs impôts sur le revenu et leurs cotisations de sécurité sociale étaient transférés à l’administration fiscale et à l’Agence de sécurité sociale des employés des organisations privées (POESSA).

L’initiative de 4,5 millions de dollars US – financée par le BMZ et développée avec le soutien technique de l’OIT – a été officiellement lancée en Éthiopie avec le MOLSA et les partenaires sociaux en février 2021. Les affaires ont continué à tourner dans l’usine de Hager Tibebe – malgré la baisse des ventes, les risques sanitaires et les lockdowns. Le programme prévoyait de sécuriser celui de Teckewolde pendant cinq mois. 
« Nous avons continué à aller à l’usine, car le travail était notre seul moyen de subsistance et de revenu », dit Teckewolde, alors qu’elle repasse une robe dans un petit coin de l’usine. Elle et sa famille survivent chèque de paie sur chèque de paie. Si elle n’avait pas reçu son salaire un mois donné, elle aurait dû recourir à des mécanismes d’adaptation négatifs : réduction des repas, retrait des enfants de l’école ou autres formes de travail dangereux. 
« J’en aurais été réduite à mendier », dit Tecklewolde en comptant les pièces pour son trajet quotidien en bus jusqu’à chez elle. 

Le système de paiement des salaires dans l’usine Hager Tibebe et dans les 28 autres usines bénéficiaires a également changé suite au programme de soutien au revenu, ce qui a constitué un changement de paradigme pour les travailleurs qui, dans le cadre du programme, recevaient leurs salaires par virement bancaire plutôt qu’en espèces. Ce nouveau mécanisme a exposé la plupart des travailleurs de l’habillement aux nouvelles technologies financières, telles que les services de guichet automatique.
« Avant, nous n’économisions pas nos gains, nous nous contentions de payer nos dettes et de ramener le reste à la maison. Le nouveau programme nous a aidés à commencer à épargner », explique Teklewolde. 

Le programme de maintien dans l’emploi a créé des synergies avec d’autres projets de l’OIT qui se développent dans le système national de protection sociale de l’Éthiopie. L’appel à l’action dans l’industrie mondiale de l’habillement, ainsi que le programme de protection sociale et de gestion des finances publiques financé par l’Union européenne visent à fournir des solutions durables à long terme en encourageant le dialogue social, en renforçant les capacités administratives et en chiffrant un système d’assurance chômage, afin que les travailleurs comme Teklewolde puissent avoir un accès immédiat aux allocations chômage en cas de futurs chocs covariables et idiosyncratiques.

« Mon rêve est de posséder un jour une maison, où mes enfants pourront avoir une pièce correcte pour dormir et étudier », déclare Tecklewolde en rentrant dans son logement loué de 12 m2. « Parallèlement à mon travail, j’étudie pour obtenir un diplôme universitaire en comptabilité, ce qui permettra d’offrir plus de revenus et un meilleur avenir à mes jumeaux. »

Appelez-nous ou envoyez-nous un email pour la rédaction de textes et de contenus.